Consultez
tous nos documents
en illimité !

ABONNEZ-VOUS

à partir de
9.95 €
sans engagement
de durée

Voir les offres

Comment faire un exposé en droit ? Méthode, exemples de sujets

Vous n'êtes pas sans savoir que les études en droit débouchent très souvent sur des métiers nécessitant une certaine confiance en soi permettant la prise de parole en public. Être un bon orateur est une qualité essentielle en droit. Mais attention, si vous ne vous en sentez pas capable à l'heure actuelle, rassurez-vous. Cela s'apprend.

Comment faire un exposé en droit ?

Credit Photo : Freepik cookie_studio

La première étape de cet apprentissage est l’exposé. En effet, pour cet exercice de prise de parole, vous n’aurez pas besoin de séduire votre public comme les concours d’éloquence l’exigent. Ici, ce qui est attendu de vous et que vous restiez centré.e sur le sujet à traiter. Vous devrez faire preuve d’une rigueur dans la construction de votre travail, sans pour autant nécessairement devoir réciter du Zola (l’auteur, non le rappeur).

Avant de s’intéresser à comment faire un exposé en droit, il importe de savoir ce qu’est un exposé dans son essence même. Faire un exposé oral, c’est présenter le résultat d’un travail de recherche sur un sujet donné et devant un auditoire déterminé.

La particularité de l’exposé en droit est que celui-ci délimite le sujet donné à la sphère juridique. À ce titre, si le sujet peut vous être imposé, il est des cas où celui-ci est libre tout en devant s’inscrire nécessairement sur un thème plus large d’ensemble.

Par exemple, lors d’un cours en introduction au droit, le chargé de travaux dirigés pourrait vous donner comme thème les juridictions de l’ordre judiciaire et vous pourrez alors choisir d’exposer sur le sujet du tribunal de commerce.

Notre premier conseil serait donc de trouver un sujet qui vous intéresse personnellement, qui vous inspire. Pour marquer votre examinateur ne partez pas sur un sujet trop classique, déjà connu de tous et qui risque d’ennuyer votre auditoire.

En restant sur l’exemple donné plus haut, le sujet « Tribunal de commerce » peut sembler classique, mais surtout très large, alors qu’en ciblant sur les particularités organisationnelles du tribunal de commerce, vous pourrez évoquer des éléments plus intéressants.

Une fois le sujet trouvé (si celui-ci n’est pas imposé), deux temps forts devront être respectés. Il s’agit en effet de la préparation de l’exposé puis de sa présentation.

Préparation de l’exposé

Étape primordiale pour la présentation future de l’exposé, sa préparation. La préparation de l’exposé commence bien sûr par un temps consacré à la recherche d’éléments utiles à l’établissement d’un plan et d’une introduction.

Les recherches

Que votre sujet d’exposé vous ait été imposé ou choisi, la première chose à laquelle vous devez penser est de le délimiter. Pour délimiter un sujet d’exposé, il est primordial de réunir un certain nombre de documents nécessaires au traitement du sujet tel que des textes de droit, de jurisprudence, de doctrine, etc., tout ce qui vous permet d’avoir une vision d’ensemble, pour ensuite appliquer la règle de l’entonnoir, est bon à prendre.

Mais alors, où trouver ces différents documents ? Lorsque vous êtes étudiants dans une université de droit, vous avez accès à différentes bases de données juridiques. C’est en vous y rendant que vous trouverez tous les documents nécessaires pour délimiter votre sujet. Vous pouvez aussi utiliser les moteurs de recherche traditionnels (et le site Doc-du-juriste.com !). Parallèlement, rendez-vous également dans une bibliothèque spécialisée pour nourrir encore plus vos recherches.

Cette étape de recherche doit vous prendre quelques jours.

L’établissement du plan

Pour établir un plan, il vous faut dans un premier temps diviser le résultat de vos recherches en différents groupes. Séparez d’abord les documents qui ont une portée générale de ceux qui évoquent des questions spécifiques.

En effet, les documents qui développent une vision générale du sujet vous permettront d’établir à merveille une introduction. Ils serviront de fil conducteur à l’ensemble de l’exposé. Quant aux documents plus techniques, qui abordent des questions particulièrement, ils vous serviront dans le plan. Une fois ce classement opéré, un classement par type de documents peut également s’avérer intéressant, les articles de presse d’un côté, les articles de doctrine de l’autre et enfin la jurisprudence et les textes de loi.

Dans un second temps, après avoir réalisé le découpage général/spécial, il vous faudra établir les différentes divisions de votre exposé. C’est le moment de réfléchir au plan, et aux différentes parties.

L’établissement de l’introduction

C’est la partie qui doit vous prendre le plus de temps. Lors de votre présentation, vous commencez inévitablement par l’introduction. Cette partie doit être accrocheuse, et donner envie à votre auditoire de vous écouter pendant les 10 minutes suivantes. C’est pour cette raison qu’aucun élément ne doit être laissé au hasard ici.

Votre introduction doit comporter différentes étapes :

-
Une accroche,
-
Une contextualisation du sujet,
-
Une définition des termes du sujet,
-
Une problématique,
-
Une annonce de plan.

Présentation de l’exposé

Le jour J approche et vous commencez à stresser ? Pas de panique, il est normal de ressentir une forme d’appréhension à l’idée de passer à l’oral devant des personnes qui seront là uniquement pour vous écouter. Quelques jours, minutes avant la présentation si vous commencez à ressentir un certain stress, effectuez des exercices de respiration pour vous aider à vous calmer. Inspirez profondément et expirez. Partez ensuite du postulat suivant : vous avez travaillé dur sur votre exposé et vous connaissez votre sujet sur le bout des doigts, rien de tragique ne pourra alors vous arriver. Enfin, vous devez prévoir une tenue correcte et une présentation soignée cela vous donnera une allure professionnelle et vous ferez nécessairement bonne impression.

Pour la présentation de l’exposé à proprement parler, il existe deux équipes : les pros de la rédaction et les tenanciers des « bullet points ». En clair, soit vous faites le choix de rédiger l’intégralité de vos développements, soit vous faites le choix de faire apparaître des tirets avec les idées principales, structurées quand même dans un plan. Les deux méthodes fonctionnent assez bien, et le choix vous appartient. Peu importe la méthode choisie, il vous faudra quand même respecter quelques règles de forme et de fond.

La forme

Deux éléments importants au niveau de la forme : le vocabulaire et le style adopté.

Présenter un exposé à l’oral en droit ne revient pas à raconter votre week-end à vos amis. Vous devez faire attention au langage employé. Nécessairement juridique, celui-ci doit également être soutenu.

Concernant le style, faites des phrases simples, courtes et efficaces. Les effets de manche ne sont pas utiles, alors si vous n’avez pas en tête les derniers vers de Baudelaire, ne craignez rien. Vous pourrez quand même vous assurer la moyenne en adoptant une posture professionnelle. Adoptez le style qui vous convient le mieux, si celui-ci est grandiloquent alors lancez-vous, mais si vous préférez quelque chose de plus simple faites-le également.

La seule chose que vous devez garder à l’esprit, c’est le besoin d’être clair et structuré dans vos propres. Le style vous appartient.

Le fond

Pour ce qui est du fond, le seul conseil que nous pouvons vous donner est de veiller à l’équilibre de vos développements. Vous devez donner l’impression que vos parties font le même nombre de lignes et contiennent le même nombre d’idées développées. Pour cela, vous devrez passer le même nombre de minutes à exposer chacune de vos parties.

Par exemple, si vous devez faire un exposé de 15 minutes, vous devrez faire 5 minutes d’introduction, 5 minutes pour la première partie et 5 minutes pour la deuxième.

Exemples de sujets

Voici une liste non exhaustive de sujets d’exposé à la fois en droit privé et en droit public :

- En droit privé :

o   Les violences familiales, des violences faites aux femmes ? : sujet pouvant mêler plusieurs branches du droit telles que le droit pénal, le droit de la famille ou encore les libertés fondamentales. C’est également un sujet d’actualité avec beaucoup de rapports gouvernementaux accessibles en ligne.

o   Les modes alternatifs de résolution des conflits : sujet de procédure civile, pouvant toucher également le droit international avec par exemple la question de l’arbitrage international. Il s’agit d’un sujet d’actualité, surtout lorsque l’on se réfère aux dernières réformes en matière de procédure civile.

o   Les tiers au contrat : sujet classique de droit des obligations, droit des contrats qui peut toutefois permettre d’évoquer des questions brûlantes et très actuelles.

o   Les nullités relatives du mariage : sujet de droit de la famille, mais pouvant également être traité par le biais du droit international privé.

o   La gestation pour autrui en France : sujet d’actualité pouvant être traité à la fois en droit des personnes et de la famille, mais également en droit international et européen. Même si attention, car une limite géographique est posée.

- En droit public :

o   Discriminations positives et principe d’égalité : sujet pouvant être traité dans un cours de droits et libertés fondamentaux.

o   Le rapporteur public au Conseil d’État : sujet général et classique pouvant être traité dans le cadre d’un cours sur l’organisation de l’ordre administratif.

o   L’ordre public : sujet qui intéresse tout le domaine du droit public, notion essentielle et évolutive qui peut facilement être rattachée à un sujet d’actualité.

o   Le contrat dans l’action publique : sujet pouvant être traité dans un cours sur la commande publique.

o   La responsabilité de l’État : sujet très actuel notamment avec la question de la gestion de la crise sanitaire.