Doc du juriste

Base documentaire juridique en ligne

à partir de 9.95 € sans engagement de durée

à partir de
9.95 €
Contrats, commentaires d'arrêt, dissertations, cours

Voir les offres

Covid-19 et libertés fondamentales - Actualité juridique

Le début de la propagation du Covid-19 en Europe a été source de nombreux questionnements sur les libertés fondamentales. En effet, à travers les différents confinements, le couvre-feu, les fermetures administratives de certaines entreprises, commerces... la question de la restriction de ces libertés s'est posée en France et dans d'autres pays du monde.

Covid-19 et libertés fondamentales

Credit photo : Pexel cottonbro

La liberté de circulation
La liberté du commerce et de l'industrie, la liberté d'entreprendre

La liberté de circulation

En premier lieu, on peut parler notamment des libertés de circulation. En effet, depuis le premier confinement et pour les autres confinements qui ont succédé, mais aussi le couvre-feu, l'État a mis en place des attestations dérogatoires de déplacement. Par conséquent, pendant ces périodes la liberté de circulation, de mouvement était mise à mal. Cependant, pour expliquer cette décision et cette attente notamment aux libertés fondamentales, l'État a expliqué un objectif supérieur de droit à la santé. Par conséquent, l'État explique que son rôle est de maintenir en vie la population française face au Covid-19 quitte à restreindre les libertés individuelles et collectives. Donc, les libertés fondamentales comme celle de circulation peuvent être restreintes par l'État dans une condition de crise sanitaire et donc d'état d'urgence sanitaire.

La liberté du commerce et de l'industrie, la liberté d'entreprendre

Enfin, on peut évoquer d'autres libertés qui touchent, elles, au monde du travail. En effet, on parle par-là de la liberté du commerce et de l'industrie, la liberté d'entreprendre… Toutes les libertés accordées dans le cadre du travail se sont retrouvées anéanties par le début de l'état d'urgence sanitaire.

Tout d'abord, il y a tous les magasins dits non essentiels qui se sont retrouvés fermés du jour au lendemain. Ou encore, on a notamment les fermetures administratives qui ont eu lieu pour non-respect des consignes. En effet, certains commerces ouvraient en dehors des heures qui leur étaient attribuées. Cependant, ces commerçants ont alors agi en justice pour voir annuler leur fermeture administrative. Néanmoins, la réponse a été la même que pour les restrictions d'aller et venir. Les fermetures administratives se sont imposées pour respecter l'urgence sanitaire et permettre de faire diminuer le nombre de cas de Covid-19 sur l'ensemble du territoire, mais aussi limiter la saturation des hôpitaux.

Pour conclure, la loi n 2020-290 du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à la pandémie de Covid-19 a restreint énormément de libertés fondamentales. En effet, le droit d'aller et venir, la liberté d'entreprendre, la liberté de commerce et d'industrie ont été mis à mal. C'est pourquoi de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer ces restrictions. Mais, ces restrictions s'expliquent pour le gouvernement par une volonté supérieure de respect du droit à la vie. Ce respect du droit à la vie passe notamment par la mise en place de restrictions notamment du point de vue des libertés fondamentales.