Doc du juriste

Consultez plus de 39915 documents en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement

› 
 Théorie de l'imprévision

Théorie de l'imprévision

  

Nos documents

.pdf
06 août 2007

La théorie de l'imprevision en droit des contrats: analyse comparée en droits français en Suisse

Étude de cas de 50 pages - Droit des obligations

La théorie de l’imprevision, à distinguer de la lésion (p. 13) et de la force majeure (p. 14), autorise une adaptation judiciaire des contrats à l’évolution du temps, sans base légale (p. 12) ni contractuelle (p. 11). Pour des raisons historiques (p. 6), une telle...

.doc
29 Oct. 2001

L'imprevision

Dissertation de 8 pages - Droit civil

Le cas où l'exécution des obligations se trouve modifiée par des circonstances externes, postérieures à la conclusion du contrat reste un problème délicat, tout particulièrement quand ces mêmes circonstances étaient imprévisibles. Malgré des arguments invoqués contre cette solution, le principe...

.doc
27 Mars 2010

Conseil d'État, 30 mars 1916 - la théorie de l'imprevision

Commentaire d'arrêt de 3 pages - Droit administratif

Le Conseil d'État, confronté à un problème juridique dont la proportion conjoncturelle n'avait pas réellement de précédent (Première Guerre mondiale), va être dans le présent arrêt à l'origine d'une nouvelle théorie destinée à garantir la pérennité des contrats administratifs en cas de...

.doc
05 déc. 2008

La question de l'imprevision

Dissertation de 13 pages - Droit des obligations

La question de l’imprevision en droit français et plus exactement en droit des contrats n’est pas récente puisqu’elle fut soulevée par les juristes de l’Ancien Droit. Pour autant, elle suscite de nos jours toujours des interrogations et des controverses doctrinales car...

.doc
21 Mars 2009

Chambre Civile de la Cour de cassation, 6 mars 1876 - refus de la révision du contrat pour imprévision

Commentaire d'arrêt de 5 pages - Droit des obligations

L'arrêt Canal de Craponne consacre clairement le principe de non-ingérence du juge dans la vie contractuelle, donc ainsi le refus de la théorie de l’imprevision. Cet arrêt a été rendu le 6 mars 1876 par la Chambre civile de la Cour de cassation. La Haute cour se voit être...

.doc
18 déc. 2009

Chambre Civile de la Cour de cassation, 6 mars 1876 - la révision du contrat pour imprévision

Commentaire d'arrêt de 5 pages - Droit des obligations

Par principe, le juge ne peut s’immiscer dans les relations contractuelles pour les conformer à ses propres conceptions de l’équité et de la justice économique. Le contrat s’impose au juge. Cependant, cette généralité prend un relief particulier concernant la théorie de «...

.doc
20 déc. 2017

Article 1195 nouveau du Code civil - La théorie de l'imprevision du contrat

Dissertation de 11 pages - Droit civil

Le présent article 1195 traite de la théorie de l'imprevision du contrat. Cette notion s'oppose à un principe essentiel du droit des contrats : "pacta sunt servanda". Il fonde la force obligatoire de l'engagement de volonté. Selon la doctrine cette théorie : "est utilisé [e]...

.doc
13 mai 2018

Cour de cassation, chambre commerciale, 3 novembre 1992, arrêt Huard - L'évolution jurisprudentielle au regard de la théorie de l'imprevision

Commentaire d'arrêt de 5 pages - Droit des affaires

L'évolution jurisprudentielle et légale fut telle que tout d'abord et depuis une décision de la Cour de cassation, en date du 6 mars 1876, Canal de Craponne, la révision pour imprévision était inopérante. C'est alors en ce sens que la Cour de cassation refusait d'admettre la révision des...

.doc
10 Nov. 2009

L'imprevision en droit administratif

Dissertation de 2 pages - Droit administratif

Dans un arrêt Compagnie générale d’éclairage de Bordeaux du 30 mars 1916, le Conseil d’Etat a consacré la théorie de l’imprevision. Cette théorie consiste à prendre en considération les évolutions en cas de circonstances imprévisibles, circonstances qui...

.doc
28 avril 2010

La révision pour imprévision

Dissertation de 4 pages - Droit des obligations

Cette question est intéressante du point de vue de la justice contractuelle et de la sécurité contractuelle. Une réponse positive à la révision pour imprévision favorisera la justice contractuelle alors qu’une réponse négative ira dans le sens d’un souci de sécurité...

.doc
01 Oct. 2013

Commentaire d'arrêt de la Chambre civile de la Cour de cassation du 6 mars 1876 : la révision du contrat pour imprévision

Commentaire d'arrêt de 4 pages - Droit civil

Dans cet arrêt célèbre « Canal de Craponne », les juges ont refusé de consacrer la révision du contrat pour imprevision, au visa de l’article 1134 du Code civil. Ceci est d’autant plus étonnant que les conditions de l’imprevision étaient toutes présentes, qu’il...

.doc
09 févr. 2009

Faut-il revenir sur la prohibition de la révision des contrats pour imprévision ?

Dissertation de 5 pages - Droit des obligations

Le droit des contrats français repose sur le principe de l’autonomie de la volonté : seules les parties prenantes à un contrat peuvent le modifier. Il s’impose en effet, à la fois au législateur et au juge. La nouvelle loi votée n’a ainsi aucune incidence sur les contrats en cours,...

.doc
20 févr. 2018

Cour de cassation, chambre civile, 6 mars 1876 - Arrêt Canal de Craponne : la théorie de l'imprevision

Commentaire d'arrêt de 8 pages - Droit civil

"L'imprevision ne se prévoit guère". C'est ainsi que de nombreux auteurs en droit des obligations, tels que le professeur Henri Mazeaud, précisent la définition dans leurs ouvrages. C'est en effet le coeur de l'arrêt commenté, rendu par la chambre civile de la Cour de cassation en date du...

.doc
29 Nov. 2016

Les apports de l'ordonnance du 10 février 2016 à la révision du contrat pour cause d'imprevision

Dissertation de 2 pages - Droit des obligations

L'imprevision désigne une situation que les parties n'avaient pas prévu au moment de l'échange de consentements, un événement qui vient bouleverser l'équilibre du contrat. D'ores et déjà utilisée en droit administratif, la révision du contrat pour cause d'imprevision avait été...

.doc
16 Janv. 2017

Théorie du droit : la théorie syllogistique et déontique, la théorie structurale, etc.

Cours de 63 pages - Histoire du droit

La question à laquelle tentent de répondre les auteurs est de savoir si le raisonnement juridique est un acte de volonté ou une décision. Autrement dit, est-ce que la composante essentielle du raisonnement juridique est un acte de pouvoir ? Lorsqu'on exerce un pouvoir, on va nécessairement...

.doc
11 Janv. 2016

Arrêt du 6 mars 1876, Canal de Craponne: l'imprevision

Commentaire d'arrêt de 4 pages - Droit des obligations

L’exercice concret de la citation latine rebus sic stantibus, est indéniablement nié en l’arrêt de principe de la chambre civile de la Cour de cassation du 6 Mars 1876. En effet la redevance d’arrosage initialement prévue aux conventions de 1560 et 1567, fit l’objet...

.doc
14 Janv. 2016

Arrêt du 6 mars 1876 dit Canal de Craponne : l'imprevision

Commentaire d'arrêt de 3 pages - Droit des obligations

L’exercice concret de la citation latine rebus sic stantibus, est indéniablement nié en l’arrêt de principe de la chambre civile de la cour de cassation du 6 Mars 1876. En effet la redevance d’arrosage initialement prévue aux conventions de 1560 et 1567, fit l’objet...

.doc
30 mai 2010

Conseil d'État, 14 juin 2000 - la théorie de l'imprevision

Commentaire d'arrêt de 2 pages - Droit administratif

Grâce au principe de liberté contractuelle, les parties peuvent fixer librement les modalités d’exécution de leur convention. Elles peuvent donc se mettre d’accord sur l’évolution du contrat en cas de fluctuation de l’économie. Cependant, elles se retrouvent parfois face à des...

.doc
26 juil. 2011

Théorie du Service Public et modes de gestion

Cours de 8 pages - Droit administratif

1. La concession.Dans le cadre d'un contrat de concession, l'Administration confie la gestion de SP à un tiers, qui sera généralement une entreprise privée. Cette dernière aura un pouvoir d'organisation du Service Public. L'entreprise privée s'engage contractuellement :- A réaliser les...

.pdf
19 Janv. 2016

La théorie générale du contrat en droit civil

Dissertation de 3 pages - Droit des obligations

Le contrat fait partie du quotidien de chacun et des acteurs économiques. Le contrat est l’instrument de l’échange éco (vente, location, concéder des droits, etc). Il n’existe pas une notion pure du contrat car il n’existe pas de conception unique du contrat. Sa signification...

.doc
25 Nov. 2013

La théorie des services publics

Cours de 24 pages - Droit administratif

Il s’agit d’examiner la notion de service public en tant que moyen d’action de l’administration. On pourrait parler d’un « droit spécial des services publics », car le droit qui s’applique aux services publics, c’est pour partie le droit public et pour partie le...

.doc
02 juin 2014

Commentaire d'arrêt du Conseil d'Etat du 10 février 2010 : les droits financiers des cocontractants d'un contrat administratif

Commentaire d'arrêt de 7 pages - Droit administratif

L’arrêt rendu par le Conseil d’Etat le 10 février 2010 est relatif aux droits financiers des cocontractants d’un contrat administratif. En l’espèce, aux termes d’un marché conclu avec une commune, une société s’était engagée à commercialiser auprès des annonceurs...

.doc
25 Janv. 2012

Commentaire d'arrêt - Cour de cassation, 29 juin 2010 : l'équilibre du contrat

Commentaire d'arrêt de 6 pages - Droit des affaires

La Cour de cassation dans un arrêt du 29 juin 2010 statue sur l'équilibre du contrat au moment de son exécution et sur la caducité du contrat pour imprevision. Une société d'exploitation de chauffage (société SEC) et la société Soffimat ont conclu un contrat d'une durée de 12 ans...

.pdf
28 Sept. 2015

Commentaire de l'arrêt de la Chambre commerciale de la Cour de cassation du 29 juin 2010 : la caducité du contrat

Commentaire d'arrêt de 3 pages - Droit civil

La validation ou non de la théorie de l’imprevision est un sujet controversé. Ainsi, il est arrivé qu’en raison d’un déséquilibre de l’économie générale du contrat, les juges prononcent la caducité de celui-ci. C’est notamment sur cette question que la...

.doc
11 juil. 2002

La révision du contrat et des obligations contractuelles

Dissertation de 13 pages - Droit des obligations

Qu'entend-on par «révision du contrat et des obligations contractuelles» ? Force est de constater qu'il n'existe aucune définition légale et jurisprudentielle et cette notion coexiste souvent avec des notions voisines comme celles de «modification», «variation», «adaptation» etc.…...

.rtf
04 déc. 2008

Première chambre civile de la Cour de cassation, 3 mars 1998 et 6 mars 1876 - force obligatoire et bonne foi

Commentaire d'arrêt de 4 pages - Droit des obligations

« Les conventions légalement formées tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faites ». C’est par cet article 1134 alinéa 1er du Code Civil qu’est énoncé le principe de la force obligatoire du contrat. Ainsi, lors d’un contrat, les parties y sont tenues parce qu’elles ont voulu...

.doc
27 Janv. 2014

Plan détaillé du commentaire d'arrêt : société Propetrol du 5 novembre 1982

Commentaire d'arrêt de 2 pages - Droit administratif

Dans l’exécution des contrats administratifs, l’administration a des prérogatives mais le cocontractant possède aussi des droits pour la garantie de l’équilibre financier du contrat, assuré par des theories, comme celle de l’imprevision. Un marché conclu entre...

.doc
16 févr. 2007

Arrêt de la chambre commerciale de la Cour de cassation du 18 décembre 1979

Commentaire d'arrêt de 4 pages - Droit des affaires

Un contrat a été conclu entre la société à responsabilité limitée (SARL) Magasins et entrepôts du Nord et autre et la société Saunier Duval. Ce contrat est un contrat de « magasinage » à durée indéterminée. La Cour d'appel de Paris, dans un arrêt du 4 janvier 1978, a condamné la société Saunier...

.doc
08 déc. 2006

Commentaire d'arrêt : Civ 1ère, 16 mars 2004

Commentaire d'arrêt de 3 pages - Droit administratif

Dans sa décision du 16 mars 2004, la première chambre civile de la Cour de Cassation s’est prononcée sur une question dont les juges ont souvent à connaître : celle des effets du contrat et plus précisément de la permanence des obligations. En l’espèce, la commune de Cluses, la société...

.doc
09 Mars 2002

Cass. com. 3 novembre 1992. Sté française des pétroles BP c. Huard.

Commentaire d'arrêt de 6 pages - Droit civil

La bonne foi a permis d'étendre les obligations contractuelles dans certaines circonstances non sans soulever certaines incertitudes du point de vue de la sécurité juridique, et a dégagé une obligation de renégociation du contrat (I). Cependant cette solution ne consacre pas la place de la...